basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

Interview Grégory Lorenzi

« J’aurais signé tout de suite »

Même si la victoire contre Lyon ne laissait plus de doute quant au maintien du Stade Brestois, celui-ci est officiel depuis le succès à Metz dimanche dernier. À quatre journées du baisser de rideau, c’est une performance remarquable pour les Ty-Zefs et une vraie satisfaction pour leur Directeur Sportif Grégory Lorenzi. Celui-ci, outre ce renouvellement de bail dans l’élite, se réjouit d’avoir vu un groupe ne jamais lâcher malgré des débuts difficiles et progresser au fil de la saison.

 

 

« Greg, le maintien est maintenant acté, une solide performance à quatre journées de la fin…

Oui, c’est une très belle saison accomplie. L’objectif principal était de se maintenir le plus rapidement possible et j’aurais signé tout de suite pour qu’on ait quarante-deux points le 20 avril, surtout après une victoire contre Lyon. C’est d’autant plus satisfaisant que le début de saison a été difficile avec onze matches sans victoire. À ce moment-là, on s’est forcément posé des questions même si on avait affronté de grosses équipes, qu’on avait fourni de bons contenus et qu’on aurait sans doute mérité deux ou trois victoires. Mais il y avait eu un changement d’entraîneur, une nouvelle méthode, et puis les joueurs avaient connu un exercice précédent compliqué. Il fallait que ça se remette petit à petit en route. On a su garder le cap et aujourd’hui, avec 45 points, on est contents.

 

Qu’as-tu aimé ou moins aimé dans le comportement du groupe durant la saison ?

J’ai apprécié le fait que les joueurs n’aient jamais douté. C’est vrai qu’à un moment donné, avec onze matches sans victoire, il y aurait pu y avoir de la peur et du doute. Avec des garçons qui avaient peu d’expérience en Ligue 1, il était important de ne pas flancher et de garder la tête sur les épaules. Ça a été une vraie qualité de ne pas sombrer, le groupe a montré de la force et de la ressource. J’avais pas mal discuté avec les joueurs à l’époque et je leur disais qu’il n’étaient pas devenus les plus mauvais du jour au lendemain, il fallait juste croire en leur capacité à rebondir. D’un autre côté, on a aussi eu pas mal de possibilités d’enchaîner et de basculer dans une autre partie du classement et on n’a jamais réussi à franchir le pas. Ce n’est pas une déception en soi mais c’est un constat que notre équipe a été capable de très belles choses comme aussi coupable d’irrégularité. Mais ce n’est pas un sujet négatif, on est Brest, il faut garder de l’humilité, savoir d’où l’on vient. Il faut juste qu’on sache apprendre de nos erreurs. Par exemple, l’an passé, on avait eu la possibilité de se sauver plus tôt et on ne l’avait pas fait. On ne voulait surtout pas revivre cela. Il y a eu une progression dans ce sens.

 

« LE GROUPE A MONTRÉ DE LA FORCE ET DE LA RESSOURCE » 

 

Le SB29 va donc disputer sa quatrième saison d’affilée en Ligue 1. C’est une preuve que la structure progresse dans sa globalité ?

Ça montre le travail qui a été effectué depuis le début de « la nouvelle ère ». L’idée a toujours été de progresser, de s’améliorer, de stabiliser le club en Ligue 1. Mais ce n’est pas tout, il faut aussi savoir poser des fondations solides pour pouvoir chaque année franchir un cap. Pour nous, franchir un cap, c’est par exemple se maintenir rapidement, c’est se stabiliser, ça ne va pas être obligatoirement « On va jouer le top 10 » et ce n’est pas un manque d’ambition. Bien évidemment, si une saison, en fonction du nombre de points qu’on a, on peut aller plus haut, on ne sera pas contre, mais il faut savoir rester mesurés et garder les pieds sur terre.

 

La saison prochaine sera particulière avec la Coupe du Monde au milieu et un passage à 18 clubs…

Il y aura une longue trêve en pleine saison mais ce sera pareil pour toutes les équipes, ce sera à nous de nous adapter. Et pour le reste, ça ne changera pas grand-chose. Aujourd’hui, il faut laisser trois équipes derrière nous, là ce sera une de plus. Il faut prendre ça en considération et faire ce qu’il faut pour qu’on ne soit pas dans les quatre relégués. J’entends les gens dire que ça va être la guerre…etc… Ça ne va pas changer notre manière de fonctionner. Ce sera mon septième mercato et pour moi, le plus important est de toujours progresser, de trouver des joueurs pour améliorer le niveau du groupe. D’année en année, c’est ce qu’on a fait et on va essayer de continuer sur cette voie.

 

Qu’attends-tu de l’équipe sur les quatre derniers matches ?

Je suis persuadé déjà qu’il n’y a pas de risque de décompression. Pour en avoir parlé avec les joueurs, je sais qu’ils sont concernés par rapport au classement, ils ont envie de terminer à une certaine position. Il y a une motivation par rapport à ça. J’attends que l’équipe gagne des matches devant notre public, c’est important pour l’image et l’attractivité du club. On doit donner du plaisir aux gens et conclure sur une note positive ».

28 avr. 2022