basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

16.12.20 | Héroïques ces Brestois !

Au bout d’un match fou et grâce à une énorme force de caractère, les Brestois, réduits à 10, ont arraché un point sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais (2-2). Les Lyonnais ont beaucoup tenté mais sont tombés sur un très bon Gautier Larsonneur et des Ty-Zefs jamais résignés. Face à un OL qui carburait au super depuis quelques semaines, ce match nul a un goût de victoire pour les hommes d’Olivier Dall’Oglio.


Décidément, cette équipe brestoise a cette saison ce petit truc qui la rend irrésistible. Bien sûr, elle n’a pas gagné tous ses matches, évidemment elle en perdra encore mais avouez que ces Ty-Zefs font tout pour qu’on les adore. Déjà auteur d’un parcours solide, adepte d’un jeu ouvert et pétillant, ce SB29 n’en finit pas de rajouter de belles lignes à sa saison. Ce mercredi, il pourra se réjouir d’avoir tenu tête à un Olympique Lyonnais qui semblait depuis plusieurs semaines plus indestructible qu’autre chose. Onze matches sans défaite, cinq succès consécutifs, une fraîcheur physique en l’absence de coupe d’Europe… Ajoutez à cela une victoire au Parc des Princes trois jours auparavant face à un PSG sans solution et vous avez à peu près fait le tour de ce qui pouvait effrayer les Brestois se rendant au Groupama Stadium pour cette 15e journée.



La logique aurait sans doute voulu que cette rencontre se déroule sans accroc pour Lyon, tout était en tout cas réuni pour. Mais la logique n’a pas toujours sa place dans le football. Et si le SB29 a souffert, beaucoup plié par moments, il n’a jamais eu la faiblesse d’abandonner. Gautier Larsonneur a rarement eu autant de boulot depuis le début de la saison (28 tirs de l’OL, dont 11 cadrés), les joueurs de champ ont probablement couru plus que d’habitude pour colmater les brèches et briser les offensives lyonnaises mais tout cela avait finalement un sens. Car ramener un point du Groupama Stadium n’est jamais anodin. Celui-là restera d’ailleurs très longtemps dans les mémoires. Car il a été acté au bout d’un match parfois surprenant et même complètement dingue dans le dernier quart d’heure (qui a d’ailleurs plutôt duré vingt-cinq minutes).
 
Le premier moment fort de la soirée avait lieu juste avant la mi-temps. Récemment revenu de blessure, Romain Philippoteaux, qui avait donc été aligné d’entrée, ne trouvait que le montant de Lopes mais le gardien lyonnais voyait le ballon lui ricocher dessus et entrer dans le but (0-1, 40e). Malgré le huis clos, c’était bien la stupeur dans le stade. Car Toko Ekambi (11e), Kadewere (16e, 43e), Dembélé (19e) ou encore Marcelo (31e) avaient bien tenté leur chance mais ils avaient surtout fait briller Gautier Larsonneur qui démarrait là son récital. L’avantage au score à la pause était sans doute un peu heureux pour les Ty-Zefs mais qui allait s’en plaindre dans le camp finistérien ? Surtout, tout le monde avait bien conscience que la suite allait se corser face à des Gones qui ne pouvaient se satisfaire d’un tel résultat.


Malgré tout, avant un gros temps fort lyonnais, c’est bien Hianga’a Mbock qui se créait tout seule une énorme occasion, partant dans une chevauchée de 50 mètres couronnée d’une frappe lourde hélas contrée par un défenseur (50e). Le temps sûrement pour Larsonneur de se préparer à un vrai déluge sur son but. Sollicité à maintes reprises (56e, 57e), sauvé également par sa barre sur une frappe de Paqueta (58e), le portier du Conquet ne lâchait rien. De l’autre côté, les entrants Romain Faivre et Irvin Cardona, des fourmis dans les jambes, rappelaient à l’OL qu’à trop se découvrir, il pouvait lui arriver des bricoles (66e). Une grosse frappe de Battocchio venait aussi mettre un frisson dans la maison rhodanienne (67e).

Avec son caractère finalement assez logique, l’égalisation lyonnaise sur un penalty de Depay pouvait annoncer la fin du rêve pour les Brestois (1-1, 69e). Pour rajouter à la difficulté, Paul Lasne était expulsé pour un tacle mal maîtrisé sur Kadewere (74e). Alors est-ce que le deuxième but des Gones par Cornet (2-1, 81e) allait définitivement tuer les Brestois ? Pas le moins du monde. En témoignait le penalty provoqué par Steve Mounié, percuté par Lopes dans la surface. Brendan Chardonnet se chargeait de la sentence mais ne trouvait que les pieds du gardien de l’OL. Rageant ? Non, pas vraiment, car Monsieur Brisard appliquait le règlement et faisait retirer le penalty, Lopes s’étant avancé devant sa ligne. Romain Faivre, du haut de ses 22 ans, prenait alors ses responsabilités pour faire exulter le camp brestois (2-2, 90e). La dernière chevauchée de Cardona aurait pu donner un air encore plus magique à la soirée (95e) mais il ne fallait pas non plus trop en demander et le SB29 avait déjà de quoi se satisfaire de ce premier nul de la saison qu’il devait avant tout à son caractère.
Alors qu’Olivier Dall’Oglio avait fait tourner son monde pour supporter une période dense de quatre matches en dix jours, c’est donc tout bénéfice pour les Ty-Zefs qui peuvent accueillir Montpellier dimanche avec encore un peu plus de confiance dans leur sacoche.


(crédit photos : Gauthier Le Roux / sb29.bzh)