basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

Interview de Hugo Magnetti

Chat échaudé craint l’eau froide et Hugo Magnetti (23 ans) ne veut surtout pas que le Stade Brestois se voit trop beau avec les 35 points accumulés et une belle performance à Lens le week-end dernier. Pour le milieu de terrain originaire de Marseille, qui recevra dimanche le club de son enfance, les Ty-Zefs doivent d’abord se concentrer sur eux-mêmes et glaner les quelques points qu’il leur manque avant de penser à voir plus haut et se faire plaisir.

 

« On ne va pas non plus s’enflammer »

« Hugo, est-ce que la victoire contre Lens a corrigé le non-match contre Lorient de la semaine précédente ?
Oui, ça annulé un peu tout ça et on avait vraiment à cœur de se rattraper de ce match raté. Avec la performance à Lens et surtout le résultat, on a pu faire oublier la mauvaise prestation contre Lorient.

 

Parle-nous un peu de la stratégie adoptée à Bollaert…
Le coach avait travaillé dès le début de semaine le 3-5-2. Il avait mis plusieurs équipes en place et on avait bossé ce système. Contre Lens, on a très bien respecté et appliqué les consignes qui avaient été données. En préparation, on avait essayé cela mais c’était un nouveau dispositif et ça avait été un peu compliqué. Là, on a vu que ça a pris et je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi. Ce 3-5-2, ça peut être encore utilisé pour la fin de saison, ça nous donne une possibilité de plus.

Quand on joue le maintien et qu’on voit qu’on a 35 points au compteur, qu’est-ce que ça inspire ?
C’est de bon augure mais on ne va pas non plus s’enflammer parce que l’année dernière on s’était sans doute vus un peu trop beaux à un moment. Dès qu’on aura acquis définitivement le maintien, on pourra se libérer et regarder plus haut mais d’abord, on doit engranger des points. Cette saison, il faudra peut-être un peu moins que les saisons passées pour rester en Ligue 1 et je pense qu’avec deux victoires encore, on sera définitivement à l’abri.


Est-ce qu’une série comme celle réalisée lors de la phase aller est à nouveau possible selon toi ?
Bien sûr, parce qu’on est une équipe qui n’a pas peur. On l’a fait une fois, on peut le reproduire. En battant Marseille, ça confirmerait déjà une bonne dynamique, ensuite pourquoi pas refaire la même chose qu’en novembre ?

Comment vis-tu ta saison au milieu de terrain ? Il y a de la concurrence…
Oui, mais c’est une concurrence saine. Il y a un très bon niveau dans ce secteur cette saison. Des fois je joue, des fois non. C’est comme ça, c’est le foot, il faut travailler et respecter les choix même si on voudrait être aligné tous les week-ends. Personnellement, je me sens bien, je pense que le coach a confiance en moi et c’est tant mieux.

 

Qu’est-ce qu’il te manque encore pour que tu sois parfaitement satisfait de ta saison ?
J’aimerais ouvrir mon compteur de buts et de passes décisives. J’ai failli le faire à Reims mais ça a fait poteau. J’espère pouvoir y parvenir avant la fin de la saison. Il faut que je sois plus décisif et pour cela peut-être me projeter davantage même si le coach aime bien que ses deux « numéros 6 » assurent derrière.

 

Dimanche, c’est Marseille qui vient à Le Blé et pour toi c’est donc un peu spécial même si ce ne sera pas la première fois que tu vivras ça…
Oui, c’est un match vraiment particulier. Je suis Marseillais, je jouais à l’OM quand j’étais petit. Ma famille va monter pour voir cette rencontre, elle l’avait déjà fait la saison passée mais à cause du Covid, le stade n’était pas plein. Là, elle va voir un peu l’ambiance… En tout cas je prépare ce match sereinement parce que j’ai déjà connu ça.


On voit Brest souvent à l’aise contre les gros, tu as une explication ?
C’est vrai que contre les équipes du haut de tableau, on a toujours ce supplément d’âme qu’on devrait d’ailleurs avoir contre tout le monde mais c’est humain d’en faire un peu plus face à certaines équipes. On espère que contre l’OM, on va faire la même chose que contre Lille, Lens ou même Marseille à l’aller ».

 

10 mars 2022