basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

"À domicile, on n’a plus le droit de perdre"

Après un mois de janvier dantesque qui l’aura vu affronter Nice, le PSG, Lille et Rennes, les Ty-Zefs entrent dans une période consacrée à des rencontres de « leur championnat ». Avant Troyes dimanche, Christophe Hérelle souhaite voir les troupes remobilisées pour recevoir un concurrent direct au maintien. Le défenseur central, revenu aux affaires au mois d’octobre veut prendre le maximum de points à Le Blé et le retour du public sans jauge sanitaire devrait aider dans cet objectif.

 

 

« Christophe, quel sentiment gardes-tu de la défaite à Rennes le week-end dernier ?
- J’ai trouvé qu’en première période on était passés à côté. On ne maîtrisait pas notre sujet. On était face à une bonne équipe de Rennes qui était en place et utilisait bien le ballon. Comme de notre côté on avait toujours un temps de retard défensivement, ça devenait difficile.

- Comme à Nantes en Coupe de France, il a fallu du temps pour que l’équipe entre dans le match…
- C’était la même impression oui. À Rennes, on m’a interviewé à la mi-temps et on m’a demandé si c’était un bon résultat de n’être mené que 1-0. J’ai répondu non parce qu’on ne voyait pas le ballon. Il fallait qu’on change de comportement au risque sinon de se faire bouffer. On a réussi ensuite à faire de meilleures choses avec le ballon, on les a mis un peu en danger. Malheureusement, il y a eu ce deuxième but sur la fin qui nous a plombés.

- Quel sera le travail sur les prochains jours du coup ?
- Je pense qu’on doit surtout retrouver cette solidité qu’on avait auparavant. Défensivement et tactiquement, on n’y est pas en ce moment, il va falloir qu’on bosse ça à l’entraînement.

- La série actuelle du SB29 n’est pas très bonne mais il ne faut pas oublier non plus que le mois de janvier regroupait tous les gros adversaires du championnat. Ça met donc davantage de pression pour la suite ?
- Il n’y aura pas plus de pression, non. Je ne dirais pas non plus que les matches seront plus simples maintenant. On va affronter des équipes qui jouent leur survie comme nous. Ça va être difficile à chaque fois. Je considère qu’à domicile, on n’a plus le droit de perdre un match, on doit systématiquement prendre au minimum un point. Je sens qu’on en est capables et il va falloir commencer par prendre trois points déjà ce week-end contre un concurrent direct.

 

 

- On te voit davantage prendre la parole ces derniers temps…
- Oui, c’est venu naturellement. J’en ai aussi discuté avec le coach et son staff et ils sont plutôt pour. Je ne force pas trop mais c’est vrai que ces derniers temps je prends davantage la parole.

- Et sur le terrain, comment te sens-tu depuis ton retour ?
- Je suis satisfait de ce que j’ai fait jusqu’à maintenant même si je sais que je peux encore faire mieux. Physiquement, je me sens bien, je n’ai pas de blessure, je touche donc du bois et j’espère que ça va continuer comme ça.

- Cette charnière avec Brendan a l’air de fonctionner en tout cas…
- Oui, ça se passe bien, on communique beaucoup sur et en dehors du terrain. On est complémentaires. On est tous les deux focus sur nos tâches défensives avec nos latéraux et les milieux défensifs. C’est à nous de tirer le groupe vers le haut parce que quand on attaque, on a la vision sur tout le jeu et on voit aussi tout ce qui se passe en défense. C’est un peu nous les guides en quelque sorte.

- À quel match t’attends-tu contre ton ancienne équipe, Troyes ?
- Ça va être compliqué. Il y a eu un changement d’entraîneur récemment, les cartes ont donc été redistribuées. Les joueurs vont vouloir prouver qu’ils ont leur place sur le terrain. Ce sera une équipe apparemment joueuse, à nous de montrer qu’ils sont chez nous et qu’ils ne prendront pas de points à le Blé. Il faudra qu’on se concentre sur ce qu’on à faire. En plus les supporters seront de retour, ils vont pousser, nous soutenir et il faudra qu’on leur rendre ça sur le terrain ».

9 févr. 2022